Subscribe via feed.
Posts under Reviews

Eliminate!Exterminate!Eradicate!

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Eliminate!Exterminate!Eradicate!)

NOISE MAGAZINE
En même temps que ce double CD sort le maxi cinq titres Eliminate Exterminate Eradicate qui enfonce le clou dans l’occiput à grand coup d’indus celte, de dark ambient planante et d’electro transcendantale (les dancefloors transylvaniens de « Eradicate » et « Degenerate ») dessinant une fresque teutonique qui tient autant du space opera que du Puy du Fou. Si Westwind arpente les landes crayeuses de Current 93, Coil ou Death In June, c’est pour y coller sa patte mélodico-martiale à la manière d’un Laibach (le fabuleux morceau caché) ou d’un Goblin roumain.


Judas Kiss

Written by Michael Cunningham

Westwind’s foray on the road to dystopia and human self-destruction continues; past bleak ash-choked dead landscapes warmed only by radioactive fires and the deadlight from a sun that can no longer penetrate an atmosphere heavy with dust and chemical detritus. Welcome to the end of all things. Yet, the presence of a quote from Petti Linkola (Linkola’s musing not a million bodies away from that of Manson during his eco-years) and Jacques Cousteau (both connected by water, as it were), respectively, centres the eye of the storm: the natural world will continue to suffer until human population growth is more aggressively regulated and controlled. Translated into an aural soundscapes sees Westwind cultivate samples from Caesar’s damming speech in the movie, Conquest of the Plant of the Apes to Howard Beale’s manic plea from 1976’s Network. The tracks themselves are vintage Westwind. Heavy ambiences brood and and swarm under a cloud of electronica that become more martial in flavour on the opening track ‘Eliminate’. The despairing atmospheres are maintained through lo-fi distorted sampling, pulsed electronics and flashes of martial arrangements.
‘Eradicate’ being particularly strong by layering keys and recorded track structures alongside a competent rhythm that does not rob the track of its inherent darkness.

The closing track ‘Message’ employs long durations of silence broken by moments of sound that at times recall effects sounds from Forbidden Planet. A track just over 23 minutes in length its final 8 minutes rise from silence to unveil a crushing mix of percussions, vocal and synth barreling towards an inevitable end. The good thing about Westwind is that they know their strengths and their limits and this release sees them playing to both in a shattering fashion.


Geiger.dk

Review in Danish

Review in Danish

Hvor de to foregående album i deres abstrakte form hører til blandt de lidt mere krævende lytteoplevelser, opererer næste album i et mere jordnært univers med elementer af rock. Kunstneren kalder sig Westwind, og albummet Eliminate! Exterminate! Eradicate! er en cd-ep bestående af fem numre og udgivet som en appetitvækker til det kommende album Ravage. Stilistisk bevæger vi os et sted imellem psykedelisk rock, industrial og martial, imens passager af spoken word, hentet fra blandt andre den franske havforsker Jacques Cousteau og den radikale finske miljøforkæmper Pentti Linkola, udgør en del af albummets samlede lydbillede.
Niels Mark, 16. maj


D-Side

Et comme si cela ne suffisait pas, Westwind nous offre avec Eliminate Exterminate Eradicate un CD-R truffé d’ambiances guère plus joviales, mais finalement plus proches d’un format « néo-indus traditionnel » (mention spéciale au génialissime « Eradicate »). Incontournable lui aussi, ce EP sera la porte d’entrée idéale pour découvrir Westwind, avant de plonger avec une joie désespérée dans les ténèbres de Ravage.

Jean-François Micard.


Earlabs

Next album from the label is the most rock-based release of the four albums reviewed here. Stylish Westwind’s album « Eliminate! eterminate! eradicate! » separates from the more abstract spheres of the two latter, especially with the postrock-like track « Eradicate ». An excellent track that in its repetitive nature of rhythm and melodic pace contains a nice hypnotic atmosphere. The album is an appetizer to the full-length double disc album « Ravage » just released on parent label « Steelwork Maschine ». Present 5 track-cd-ep « Eliminate! eterminate! eradicate! » moves in spheres of psychedelia, ritual industrial and martial. Spoken word is an important part of the sound picture here.

http://www.earlabs.org/release/review.asp?reviewID=1518


Necroweb

Eine MCD mit einer satten Spielzeit von über einer Stunde bekommt man sicherlich nicht alle Tage serviert – da kann sich so manche Truppe eine Scheibe abschneiden, zumal ich es eh eine Frechheit finde, dem Fan eine Scheibe mit einer halben Stunde als Vollzeitwerk zum entsprechenden Preis anzubieten.
Aber zurück zu diesem Silberling von Westwind. Auf jenem haben fünf Kompositionen ihre Heimat gefunden, wovon speziell die ersten drei Darbietungen definitiv starke Kost offenbaren. Eröffnet wird das Werk anfangs allerdings erst einmal von einer recht uninteressanten Geräuschkulisse, eben bis die Electronic zum Einsatz kommt. Warme Tastenklänge, leicht martialisch angehauchtes Schlagwerk und eine markante Melodieführung machen « Eliminate » zum ultimativen Eröffnungsstück.
Auch das folgende « Exterminate » vermag mit seiner verträumten Melodie punkten, wobei speziell die gesprochenen Passagen stimmungsfördernd wirken.
« Eradicate » stellt dann aber doch noch eine weitere Steigerung dar was Songaufbau und Rhythmik betrifft. Fabelhaft!
Die einzigen Schwächen, die Westwind in der Punktezahl leider etwas schmälern, liegen in den letzten beiden Stücken. Da wäre zum einen « Degenerate », was zwar nicht schlecht, aber mit seiner längeren Spieldauer doch hätte variabler an den Hörer gebracht werden können. Zum anderen ist dann noch das letzte Stück « Message ». Warum man sich hier fast eine Viertelstunde Zeit lässt, bis dieser in die Gänge kommt, kann ich leider überhaupt nicht nachvollziehen. Der eigentliche Track beläuft sich somit auf gut fünf Minuten und ist auch der schwächste.
Auch wenn « Eliminate! Exterminate! Eradicate! » apokalyptische Grundzüge trägt, so ist das gebotene Material dennoch sehr eingängig, ja mitunter sogar als angenehm zu bezeichnen. Und trotzdem verliert das Werk zum Ende hin doch etwas an Reiz, bleibt aber aufgrund des starken Auftaktes im oberen Bereich angesiedelt.

8/10


SIDELINE

Westwind – Eliminate Exterminate Eradicate (miniCD – Steelwork Maschine)
This mini album was originally recorded in 2008. It brings a nice addition to the recently released « Ravage »-dcd. The « Eliminate »-cut is the first track from the list and sounds quite close to the 2nd disc of « Ravage ». Organ sounds and industrial components have been mixed with vocal samplings. It’s a quite long track characterized by a remarkable progression in the writing. « Eradicate » is a quite surprising piece as we here get an accentuation of electronic sounds and robotic vocals. The organ and its ‘ritual’ (or sacred) aspects already appear on « Degenerate ». This is another long during piece from more than 14 minutes, but in my opinion the real highlight. The evolution from the song is again impressive and totally fascinating. We here definitely can speak about a ritual piece of music reaching a climax in the end. This is pretty cool ambient music! The last piece entitled « Message » is a bit boring. We get a kind of white part for minutes while the real track (properly speaking) starts after 14 minutes. I don’t really like this kind of formula, but globally speaking « Eliminate Exterminate Eradicate » is a well-crafted release with real strong extracts! With 2 new releases the Westwind again rules over the French dark ambient fields!
(DP:8)DP.

Ravage

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Ravage)

Reviews


Noise Magazine

Coup de projo sur ce petit label de Brest à la forte identité (soutien au Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité) avec quatre de ses dernières productions.

On commence par le double album du patron, Kris G. de Westwind, et son Ravage qui démange les écoutilles et rend le cerveau captif. A la croisée d’un western gothique, d’un film de vampire by Tarkovski et d’un giallo by Ed Wood (« The Machupo Ballad »), les pistes du premier CD, Doomsday Songs, défilent entre ambient cadenassé à fond de cale, drone de supertanker intergalactique et circoncision de granit sur une table d’opération. Le voyage offre de beaux paysages où règnent la désolation glacée et les ruines dévastées dans une ambiance proche de Menace Ruine ou Methadrone (« Al Dajjal », « The Ebola March »), entre paganisme de fin du monde et cérémonial contemplatif. L’ennui précède la sidération qui laisse place à une morne inquiétude hypnagogique avant de sombrer dans un lent engourdissement, le crâne qui résonne comme une caverne balayée par un orgue messianique qui finira au fond de la cascade comme l’or dans le Ruffian. Il renaîtra de sa noyade sur le second CD, Requiem For Collapsing Cities, qui navigue sous la pluie entre passage à la KTL, drone celtique, litanie de cornemuse sur nappes carpenteriennes, tambours va-t-en-guerre, ambient champ de cadavres, relecture de l’Exorciste (et du fameux « We’ll Meet Again » de Vera Lynn en bonus), tribalisme post-druidique et zombie dancefloor. Attention, l’orgue un peu trop présent pourra donner des envies de massacre aux femmes enceintes et aux enfants en bas âge.


Judas Kiss

Written by Michael Cunningham
Two CDs see the anti-Gospel according to Westwind unleashed on a human-heavy Earth.

The undercurrent of self-destruction is again notable amongst the stark, modified, images within the accompanying eight page booklet. Westwind regulate events along the cd’s. On CD One, entitled Doomsday Songs, there is a clamour of tracks evoking false messiahs, Judgement Day and an age of demonic gods – the gathered, usual suspects from the apocrypha are in attendance and eager to wipe humanity into the deepest, darkest hells. ‘Rise’, the opener, is more an ambient introduction to doom that begins to temper the steel of later blades. Indeed sustained and deep ambiences throb and hum through most of the tracks on Doomsday Songs with the likes of ‘The Machupo Ballard’ more a pathogenic love song, country of origin cleverly hinted at in the subsequent arrangement. ‘The Great Conflagration’ disturbs while ‘The Ebola March’ and ‘Chant of Uriel’ really open up creatively through clean percussions, choral layers, synth-loops as the music begins to bloom like blood ebbing from diseased bodies. Samples of storm effects, raging winds, rains etc slices in part into the awaiting CD Two: Requiems for Collapsing Cities, but before that the track descends into silence before picking up again (after 10 minutes) with synth, vocals and graduated percussions. Yet, it is on CD Two where the real strengths of this release lie. Harsh looping electronica flays through  »Acharit Hayamin’ (final days), sharply followed by the grand, choral strains of ‘Chant of Ezrael’. ‘Scorched Earth’ has traces of Regard Extreme, even early Blood Axis, in parts and while ‘Destruction Time Again’ evokes Death in June and LJDLP’s Die Wiesse Rose, this does not detract from the power of the music, rather it adds a natural heritage. ‘All is well in the Bunker’ succeeds in manufacturing a sense of confinement through floored-rumbles, dead frequency looping held together by a synth phrase that speaks of an inevitable fate, hiding in the dark, concrete corners under flickering strobe lights. The title track is left to close proceedings with a bombast of swelling percussion, synths, sustained frequencies and drones until giving way to a silent pause which extends to a spoken vocal and restrained beat. Then a distorted ‘We’ll Meet Again’ ebbs from the speakers as a hellish carnival of insanity gleefully parades along the paths of destruction and horror. An essential chapter in the documentation of our end times.


Gothtronic

The third release from Steelwork Maschine which I got sees again an unknown band for me in Westwind. Since Steelwork Maschine is such a very nice label, they again treat us with a double-album.

As the very nice digi-pack already indicates, we are entering the ravaged world. The first cd is called ‘Doomsday Songs’ so this should give you even more ideas where this release could be heading towards. ‘Rise’ has a very ominous sound to it. Many vocals are heard to induce a kind of schizophrenia to the listener. Also some deformed organ sounds make this a very disconcerting song. ‘The Machupo Ballad’ shifts gears completely with a strange melodic song that is at the same time happy and sad. ‘Al-Dajjal’ is a very long piece of almost 15 minutes. It starts with stretched synth structures before it transforms into a kind of melodic Arabic song with the aid of organ sounds. ‘Kali Yuga’ is a very corrosive industrial soundscape with lots of noisy elements. ‘The Ebola March’ starts with some ominous synth work that is of a very mystical quality. It eventually transforms into a kind a martial song.

The second cd is called ‘Requiems For Collapsing Cities’ and starts with ‘Acharit Hayamim’. The song begins with some sampled rain sounds before thick layers of guitar feedback turn up. Eventually to fade out and we are left into the rain again. ‘Chant Of Ezrael’ is a very nice melodic song which has requiem written all over it. ‘The Mamburg Requiem’ is a very dark and beautiful piano and strings piece. ‘Destruction Time Again’ is based on some ominous organ sounds. Eventually more saturated sounds turn up to make for an intense orchestral conclusion. ‘Alles Ist Grün’ is a combination of electro-industrial and martial elements. A very nice song! ‘All Is Well In The Bunker’ is a very sad organ song, given the title, we are doomed to live our live into the underground bunkers, because we have destroyed the worlds for our needs.

This is again a nice release from Steelwork Maschine. Westwind combines in interesting ways very melancholic, often organ sound-based, songs with harder industrial and martial material. A nice release to pick up.

7.7/10


Chain DLK

Westwind’s 7th effort, the double disc set of ‘Ravage’ released earlier this year on Steelwork Maschine, is a monumentally epic narrative of the apocalypse that will leave you wanting more of its devastation when it’s over. At which point you may want to look into its limited edition companion EP entitled ‘Eliminate! Exterminate! Eradicate!’ (and this reviewer plans on doing exactly that).

‘Ravage’ is immersed in meanings much too deep to justly delve into here; but as the title of disc 1 suggests, ‘Doomsday Songs’ provides the soundtrack for a not only decaying, but dying earth. Evolving from sinister, pulsating synth drones layered in samples to viral carnivallian dirges to pseudo-theremin laden marches to droning feedback and noise to almost channeling ‘Fragile’ era NIN laced with Nusrat Fateh Ali Kahn, this disc doesn’t flow perfectly smooth, but then again, when Yawm Al-Qiyamah comes, I doubt that it will come smoothly, or with such a great soundtrack.

Disc 2, ‘Requiems for Collapsing Cities’ is rich with funeral marches, dirges and the aforementioned requiems. Pounding, martial law inspired percussion, drones and the ever throbbing basslines lay the groundwork for scattered guitars, synths, religious sampling and a variety of ethnic instrumentation which come together to pay homage to the remains of a once thriving earth. The overall tone of this disc is much more dark, brooding and hopeless than the first, and comes together with a bit more of a seamless flow. The tension gradually and continuously builds throughout the disc, making the listener almost feel the impending doom slowly overcome.

‘Ravage’ seems to very loosely follow a storyline, but more so pulls together many obscure references to apocalypse from a plethora of different religions and viewpoints as inspiration for this epic. These two discs, the first being a bit more experimental, the second being a bit more structured and dark, combine so many bits and pieces of different genres and styles that it nearly defies categorization, but I think it a safe bet to say that all of its elements congregate under the umbrella of martial industrial, with its tales of death, destruction, plague, etc and the musical groundwork to make you feel that the end of days may truly be upon us.

4.5/5


D-Side

Misanthrope reconnu, défenseur de l’organisation pour l’extinction volontaire de l’espèce humaine, le breton Westwind n’est pas, on s’en doute, particulièrement adepte de la joie de vivre, et son beau binôme de sorties est un nouveau pas franchi dans la désespérance froide. Car s’il publie peu, son dernier album remontant à 2004, Christophe Galès s’arrange toujours pour que ses œuvres soient foncièrement marquantes.

Ainsi, là où Tourmente s’intéressait aux ravages de la Seconde Guerre Mondiale sur la ville de Brest, Ravage embrasse un panorama bien plus vaste, puisque ce n’est rien moins que l’humanité qui est ici envisagée. et là où d’autres en auraient fait un simple prétexte à une indus archétypale, Westwind nous offre un double album dense et recherché, où les prophéties millénaristes chrétiennes croisent des références hindouistes, musulmanes ou judaïques, où des grondements de machines noient des tapis d’orgues funèbres, où l’on cite aussi bien Ennio Morricone que la musique rituelle, où les villes s’écroulent dans un silence de mort, depuis longtemps libérées de leurs habitants.


Dark Room

L’artista francese Christophe Gales, mente unica dietro al progetto Westwind e co-proprietario della Steelwork Maschine (etichetta piccola ma dalla valenza significativa nel panorama industriale, già fattasi notare per aver pubblicato i lavori di Neon Rain, Cheerleader 69 e Deuterror), manca dal mercato discografico dal 2006, anno d’uscita del 7″ split in compagnia di Weihan « 63 Days », ed in questo 2010 ormai inoltrato torna con ben due release: anzitutto questo corposo, attesissimo doppio album, frutto del lavoro svolto fra il 2004 e il 2007, edito in 900 esemplari (più 50 dell’edizione per collezionisti, comprensivi di EP 12″ e t-shirt) nel pregiato formato digifile dalla succitata label transalpina, e quasi in contemporanea il limitatissimo CDr « Eliminate! Exterminate! Eradicate! », rilasciato in sole 100 copie dall’affiliata Steelkraft Manufactory. Un ritorno estremamente significativo per un progetto che, sin dai primi vagiti ufficiali (il CDr « Everyone Can Be A Dictator » del ’99), ha piegato la materia industrial a proprio piacimento per dare corpo alle visioni evocate da un suono multiforme, mai statico e/o ripetitivo come quello di troppi colleghi incapaci di mettersi in discussione: Westwind ha sempre guardato oltre, riuscendo a coniugare melodia e rumore per giungere ad una forma artistica personale e di ampio respiro. E la nuova doppia release, che racchiude complessivamente quasi 150 minuti di musica divisi in 23 tracce, è la summa di una carriera ormai ultradecennale di tutto rispetto: « l’Apocalisse sta accadendo proprio ora, e questa è la colonna sonora per il collasso della civilizzazione » recitano le note ufficiali, e noi non possiamo che sposare tale descrizione, quadro apocalittico di un lavoro di impressionante potenza cinematica. Quasi 150 minuti divisi nei due dischetti (intitolati rispettivamente « Doomsday Songs » e « Requiems For Collapsing Cities »), nell’arco dei quali l’estro e la grande visione d’insieme dell’artista francese coniugano con una capacità descrittiva non comune abrasioni industriali, suoni vintage, campioni a tutto tondo, movenze sintetiche, temi ambientali inceneriti, maestosità neoclassica e fragore marziale: più articolato e complesso il primo dischetto, con momenti importanti come « Al-Dajjal » (14 minuti fra crescendo pulsanti, ritmi misurati ma tenaci e suoni di grande effetto) e « Chant Of Uriel » (ottimo il suo incedere sontuoso ed evocativo), più vicino ad un vero e proprio requiem per un mondo giunto alla sua fine il secondo, con episodi memorabili come la grigia « The Marburg Requiem » (dove è il piano a guidare le danze in modo tanto semplice quanto efficace), la stupenda « Scorched Earth » (magniloquente requiem che sfocia con grande classe nel neoclassico marziale più possente), la cupa « Satya Yuga » (capace di mutare in una solenne melodia accompagnata da un ritmo quasi magico), l’elettrico requiem sintetico « Destruction Time Again » (che nel suo svolgimento conduce nuovamente verso rocciosi lidi neoclassic/martial), la tremendamente inquietante « Pandemia » (sottile dark ambient con suoni da far gelare il sangue) e la pulsante e severa « Alles Ist Grün » (maestoso manifesto elettronico di una qualità tale che act più rivolti all’electro tout-court possono solo sognarsi di concepire). Un’opera molto lunga e non certo facile da assimilare, sempre ricca di sorprese nell’arco delle sue 23 tracce (le ghost-track presenti al fondo dei due dischetti, ad esempio, sono due gustose cover, rispettivamente « In A Lonely Place » dei Joy Division e « We’ll Meet Again », classico nato dalle penne di Hughie Charles e Ross Parker), tutte esemplificative dell’estro e della classe di un artista che possiede una visione d’insieme molto forte (ben completata dal mirabile lavoro grafico di Nicolas Crombez, autore delle stupende foto incluse), le giuste capacità per concretizzarla ed una comprovata esperienza sul campo, che ‘dettagli’ come una produzione ricca di sfumature gustosissime ed arrangiamenti a dir poco ammirevoli provano oltre ogni ragionevole dubbio. Un grande ritorno: con « Ravage » l’intera ‘grey area’ rialza la testa.

Roberto Alessandro Filippozzi


Ver Sacrum

Ravage vede il ritorno in pompa magna dei francesi Westwind, già fautori di diverse pregevoli uscite in ambito marziale. Il lungo lasso di tempo intercorso deve aver fatto molto bene ai nostri, dato che questo monumentale doppio CD segna una svolta nel loro percorso musicale, che ora si arricchisce di nuove e interessanti sfumature, e che con tutta probabilità finirà nella mia top ten del 2010. Tutto il disco è un gran bel sentire: « The Machupo Ballad », giocata su moog e musichette da frontiera desertica, è un brano che starebbe bene in qualche film horror messicano di qualche decennio fa, ed è un’ottima apertura. Le ottime « Al-Dajjal » e « Yawm Al-Qiyamah », come il titolo suggerisce, combinano atmosfere mediorientali a una base elettronica pesante e ipnotica, con la seconda che sterza verso il drone. Più canonicamente legate alle declinazioni elettronico-industriali sono brani come « The Great Conflagration », che insiste sulla vena horror, « Project Megiddo » o « Vatican As Jericho ». Ciò che caratterizza di più l’album è il suono dell’organo combinato all’elettronica pulsante e alle percussioni e che, unite alle atmosfere retro, creano un amalgama dal forte impatto. Ravage è, in definitiva, un gran bel disco da non farsi sfuggire. La devastazione a cui accenna il titolo, probabilmente, è quella del genere marziale, qui ricombinato in modi nuovi e originali.

http://versacrum.hyperborea.com/musica/recensioni/rec201004/index_html?query_start=21


Necroweb

Mit einem sehr atmosphärischen und fast ein wenig verstörenden Intro wird das Album « Ravage » der Franzosen Westwind eröffnet. Man lässt sich Zeit – um genau zu sein mehr als fünf Minuten – um den Hörer in dieses Doppelalbum einzuführen.

Bereits durch das Cover und besonders durch das Booklet ahnt man, worum es auf « Ravage » geht: Endzeitstimmung, Zerstörung und Krieg. Und genau in diese Welt versetzt uns der Opener « Rise » langsam aber zielstrebig und vor allem effektiv. Dezent platzierte Instrumente, welche von in den Hintergrund gerückten Vocals untermalt wurden, bilden dabei die Klangkulisse.

Deutlich relaxter geht es im zweiten Track « The Machupo Ballad » zu. Eine Akustikgitarre dominiert, die im weiteren Verlauf von geschickt arrangierten Drums unterstützt wurde. Wären nicht die elektronischen Störgeräusche, die ein wenig an alte Sci-Fi Sounds erinnern, könnte man meinen, ein anderes Album zu hören. Zusätzlich wird « The Machupo Ballad » gegen Ende immer aggressiver. Dieses passiert allerdings auf eine sehr intelligente, geradezu subtile Art und Weise. Sehr gelungen.

Mehr in Richtung Industrial geht der Titel « Kali Yuga ». Hier stehen ganz klar die elektronischen Elemente im Vordergrund. Von der ersten Sekunde an wird der Hörer von diversen Klängen und Geräuschen verwirrt, und es dauert eine Weile, bis man sich in « Kali Yuga » zurechtfindet. Hat man sich allerdings erst einmal auf diesen Song eingestellt, ist er durchaus spannend. Eine Meinung über « Kali Yuga » kann man sich allerdings erst nach einigen Durchläufen bilden.

Mit dem über 16 Minuten langen « Chant Of Uriel » endet die erste CD von Ravage. Erneut nehmen sich Westwind viel Zeit, den Hörer von dieser Scheibe zu verabschieden. Verabschieden deshalb, weil jede CD für sich ein abgeschlossenes Werk darstellt, welches als Album dann zusammengeführt wird. Im Mittelteil gibt es eine fünf minütige Ruhephase. Ich würde jedoch nicht behaupten, dass es sich dabei um einen Hidden Track handelt. « Chant Of Uriel » spielt noch einmal gekonnt mit allen Stimmungen, die uns bisher serviert wurden und kombiniert diese geschickt.

« Acharit Hayamim », der erste Song der zweiten Scheibe, dient wieder dazu, den Hörer auf das Kommende einzustimmen. Es wird eine reine Endzeitstimmung generiert, die auf einige Konsumenten regelrecht bedrückend wirken kann. Besonders interessant ist, dass « Acharit Hayamim » fast schon extrem beginnt und gegen Ende immer ruhiger wird.

« Chant Of Ezrael », der folgende Track, ist hingegen ein wenig freundlicher. Zwar wird auf die bedrückende Stimmung des Vorgängers aufgebaut, aber besonders die hellen Töne schaffen ein kleines bisschen Hoffnung.

Mit dem namensgebenden « Ravage » endet dieses Album. Auch hier handelt es sich wieder um ein Werk epischer Länge, das mehr als 18 Minuten andauert. Diese beinhalten abermals eine mehrminütige Ruhephase, nach der diese Scheibe mit verzerrtem Gesang beendet wird.

Insgesamt ist « Ravage » sicherlich nichts für Einsteiger in dieses Genre, ist es doch ein extrem anspruchsvolles, sehr oft verstörendes Werk, welchem man viel Zeit widmen sollte, um es komplett zu verstehen.
Daher gebe ich hier auch nur 7,5 Punkte. Ich denke, dabei handelt es sich selbst im Dark Ambient Bereich um ein Nischenprodukt, mit dem sich nicht jeder anfreunden kann. Mir persönlich – das sei an dieser Stelle angemerkt – gefällt « Ravage » jedoch gut.

7.5/10

http://www.necroweb.de/magazin/neues-album/westwind-ravage/


SIDELINE

After the « Tourmente II »-album released in 2004 it took nearly 6 years to achieve this new. This French project has always been very inspired for the writing of dark ambient music, but « Ravage » goes above all expectations. The cinematographic character of the songs is nearly present on all of the tracks. That’s a quite common element on all ambient releases although Westwind put the soundtrack style in a more elaborated form. Most of the tracks have been meticulously built up, driven by a progression in the sounds and constructed with an impressive palette of sounds. From the 1st disc the « Al-Dajjal »-cut is an attention grabber. This track evolves into a kind of trance-dub part injecting a psychedelic touch to the composition. Another noticeable track is « Vatican As Jericho ». This is into pure soundtrack style, but built up with impressive sounds. A few other tracks are more into the experimental vein (cf. « The Great Conflagration » and « Kali Yuga ») although quite soundtrack-like as well. The 2nd disc sounds a little bit different and especially in the use of sounds. Westwind here used organ sound on different songs. It injects an extra mysterious touch, which comes close to a kind of black mess on « Destruction Time Again ». This disc is also more industrial-minded while I even noticed some martial elements on a few tracks (cf. « Chant Of Ezrael » and « Scorched Earth »). The 2nd disc of « Ravage » sounds more conceptual, but I especially like the diversity in between both discs. « Ravage » is a fascinating piece of music appealing for a wider audience. Ambient, industrial, experimental and pure soundtrack elements can be found back the entire album long.
(DP:7/8)DP.

Tourmente

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Tourmente)

LA GOUTTIERE

L’hommage aux victimes du bombardement de Brest se poursuit avec cet album, deuxième de la série des Tourmente. Sortit cette fois chez Nihil Voces, Tourmente II se présente dans un CD limité à 500 copies, à la pochette toujours superbe, sorte de négatif de celle du double LP précédent. La continuité et le lien entre les deux albums sur le plan musical sont évidents ; Westwind évolue toujours dans une electro ambient à la fois douce et indus, teinté d’accents martiaux et néoclassiques. On remarque cependant que le second opus marque plus par son côté electro, voire electronica, ses ambiances globalement moins glauques que sur Tourmente I, plus dur.
Christophe Galès nous livre une musique superbe, empreinte d’une douce tristesse, mais jamais l’expression d’un quelconque apitoiement ne se fait sentir. On ressent d’avantage la vivacité de l’hommage révérencieux que l’illustration du bombardement, à travers une musique toujours rythmée, même sur fond d’ambient. Tourmente II renferme de nombreuses compos très inspirées – la IX, la VI, ou encore l’avant dernier titre, superbe dans une electronica douce et mélodique -, formant un ensemble homogène mais jamais ennuyeux pour autant. Le disque requiert sans doute un certain nombre d’écoutes, la musique étant dense aussi bien sur le plan musical qu’émotionnel ; un temps qu’il faut impérativement consacrer à cet album superbe et étonnant, sans doute plus accessible que Tourmente I mais aussi plus marquant à mon sens.
Vraiment un grand disque grâce auquel Westwind à toute les raisons de recevoir enfin l’accueil qu’il mérite. On n’a pas intérêt à perdre de vue ce projet, la prochaine réalisation de Christophe Gallès s’annonçant tout aussi géniale…

6/6
Mugin


AXESS CODE

Nappes cotonneuses, brouillard industriel, saturations discrètes, bruits de chantiers de voie ferrée ou de constructions navales, des tracts dégringolent du ciel sur la ville de Brest, frappés de l’aigle Allemand, avis à la population d’obtempérer. Affront terrible pour le peuple finistérien. Un orgue funèbre qui annonce l’absurdité des événements à venir. Le cauchemar d’une ville, sa résistance, sa destruction et sa reconstruction, ses cicatrices encore visibles.
La première plage de ce double album de Westwind vous saisit pendant 20 minutes belles et inquiétantes à en pleurer. Les trois pistes suivantes de facture plus industrielle mettent en place des percussions métalliques parfois distordues et concassées, un côté tribal savamment dosé emmené par des orgues nostalgiques et se terminent par des ambiances martiales : l’entrée des troupes dans Brest ? Les mélodies belles et faussement naïves rappellent parfois les ambiances de Death In June ou l’atmosphère neo classique du MacBeth de Laibach. Il faut avoir tenu le vinyle dans ses mains pour saisir pleinement le propos de Westwind, des photos de l’occupation en couverture intérieure montrant l’absurdité de la situation et les dommages causés à la ville. Un étalage sans complaisance d’une réalité à ne pas oublier, un témoignage et non une fascination morbide, un objet courageux.
La partie suivante Tourmente II propose 12 pistes tout aussi passionnantes, Westwind à bien un pied dans la musique électronique : des nappes de synthés ondulantes souvent old school font leur entrée au fur et à mesure des compos, notamment sur les merveilleuses 3eme et 12eme pistes (la 12eme … je n’ai pas les titres sorry… qui renferme un petit parfum de ‘Jakaartaa’ de Trisomie 21, sublime) Toutes ces mélodies … les mots me manquent, passez à Brest un après midi d’été et observez l’architecture qui vous entoure, ça vous prendra aux tripes aussi sûr que la Tourmente de Westwind. Une valeur sûre, inclassable et intemporelle. Indispensable. Bravo Kris !

Chronique > Revco


D-SIDE MAGAZINE

Double projet d’envergure pour le Brestois Westwind, Tourmente, don’t les deux volets complémentaires sont publiés séparément, l’un sous forme de double vinyle et l’autre de CD, tous deux limités à cinq cents copies, se consacre à rendre hommage à la destruction de Brest en 1944, partagée entre Allemands et Américains, qui a fait plus de ving mille morts militaires et vite la destruction d’un abri contenant alors quatre cents civils. Pour cette occasion, Westwind marie à la fois le recueillement et la puissance sur Tourmente I dans de longs titres (un par face) alternant plages sépulcrales et envolées de percussions métalliques, entre orgues atones, grouillements dark ambient et crissements industriels. Tourmente II, aux titres plus ramassés, réintroduit les voix, les ambiances martiales auxquelles Westwind nous avait habitués, et révèle finalement, après la destruction, panoramique et architecturale de Tourmente I, une autre forme de désolation, cette fois-ci plus humaine, plus proche des corps. Une œuvre ambitieuse qui se solde par une réussite totale, par un diptyque d’une grande force, tant émotionnelle que musicale.


GUTS OF DARKNESS

« Tourmente est dédié à la ville de Brest ; à tous ceux qui y ont perdu la vie ; et ceux qui y survivent. » La thématique du nouvel opus du projet armoricain est on ne peux plus clairement définie. Bien que ‘Le vent divin’ soit sorti récemment chez Neuropa il était déjà prêt depuis plus d’un an, et « Tourmente » était déjà en gestation depuis deux années. Le concept est d’autant plus ambitieux qu’il est constitué de deux parties complémentaires sur deux formats différents : la première partie sur un double-vinyle devrait être disponible dans les prochaines semaines, et la seconde qui nous intéresse ici, sur un cd limité à 500 exemplaires. Cet album est grand, ambitieux disais-je : grandiloquent mais jamais pompeux, « Tourmente II » rend hommage d’une manière émouvante à la population meurtrie d’une ville qui fut réduite en ruines lors des bombardements alliés. Par population, entendez les habitants mais aussi les allemands : point de complaisance, juste une volonté de ne pas faire de distinction au nom d’une morale qui n’a pas sa place ici. De ritournelles funèbres au clavier en mouvements martiaux enclins à provoquer les images les moins réjouissantes, « Tourmente II » monte en puissance tout en alternant quiétude fébrile et moments tragiques. Sa capacité à conserver la dignité qui sied au deuil est par ailleurs marquante, et malgré les instants pénibles que l’on devine ce requiem cherche sans pathos à faire dévier les rayons d’une lumière pure sur les ruines et les meurtrissures. La musique de Westwind, loin de tout monolithisme, sait se parer d’atmosphères variées, haletantes ou recueillies et de sonorités alliant à la fois l’ambient la plus pure et l’électronique discrète et mélodieuse. Un grand album à acquérir d’urgence (ainsi que « Tourmente I » qui arrive !) tant sa facture tout en sincérité ne peut laisser indifférent. December 2004

note 6/6


AURALPRESSURE

Where the fuck is it? Gottcha! Found it at last amongst some hidden files in my computer. At the end of my review for the Westwind CD release « The Bunker » I wrote « Anyone with the vaguest of interest in this type of music would be well advised to go out right now and buy this CD. I can’t be more specific or say fairer than that. » If they had used that quote on a poster campaign to help flog it they could, possibly, be retired and laying on a sun drenched beach up to their necks in drugs and wild sex. But they didn’t. More fool them.

« Tourmente II » is part of a triple release, the others being released on vinyl, and is a kind of concept recording dedicated to the destruction of the city of Brest during WW2. As one would expect with such solemn fare there’s no laugh a minute shit going down and you aren’t going to file it under ‘H’ for Happy in your collection. Unless of course you’re a twisted motherfucker. Deviating slightly from their usual quirkiness and weird charm here the music is more percussion and organ based with a fine dynamic in rhythm and mood setting. Actually the music is very simplified and restrained which only adds emphasis to the bleak ambience of the subject manner that they are trying to convey. Part life affirming and uplifting and part despondent and depressing the music twists and turns through so many feelings leaving you breathless with admiration. If you could imagine a more upbeat Protagonist it will give you some, but not all, sense as to what « Tourmente II » sounds like.

Like a moth caught in a naked flame the music continually drags at you, exhilarating but exhausting you in the process at the same time, until the cycle is completed. It is an emotional and sensational ride that you would be well advised to hitch onto. And.they can quote me on that.


BABYLON MAGAZINE

Il cd si presenta con un booklet minimale ma molto espressivo. Poche foto in bianco e nero raffiguranti (intuisco leggendo quanto scritto nella foto centrale) gli esiti dell’assedio della città di Brest. In fondo al booklet si legge: « Tourmente è dedicato alla città di Brest; a tutti coloro che vi hanno perso la vita; e a tutti coloro che sono sopravvissuti ». Il lavoro grafico si lega decisamente bene all’atmosfera musicale trasmessa. Atmosfere di rovina post-bellica che trascinano a poco a poco l’ascoltatore negli orrori della Seconda Guerra Mondiale. Per chi ama i riferimenti musicali, non posso non citare il Northgate di « Liturgie Pour La Fin De La Patrie ».
Non si tratta di un’opera di facile ascolto, questo cd ti entra lentamente nel cuore e nella mente. Non voglio descrivere le singole canzoni perché, a mio parere, l’ascolto deve essere continuato dal primo all’ultimo minuto per non perdere il sentiero che gli artisti tracciano e che vogliono farci percorrere (a conferma di questo, nel booklet non vi sono nemmeno i titoli dei singoli brani). Posso solo dirvi che, in un cd così d’atmosfera si cade facilmente nella ripetitività se ci si addentra in trame molto lunghe. Il rischio opposto è quello di creare un lavoro incompleto. Qui i Westwind sono riusciti ad evitare entrambi i pericoli. L’ascolto non è mai retorico, ci si sente accompagnati in un viaggio dentro una città assediata. Ed alla fine ci si trova soli, come l’uomo nella foto della copertina, a vagare tra le macerie. Musica che fa riflettere.una rarità ai giorni nostri. Se siete pazienti, Tourmente vi ripagherà con gli interessi, non solo musicalmente. Un sincero complimento ai Westwind, nella speranza che possano regalarci altri lavori come questo.

7/10


Singsinema Blog

Projet de Christophe Gales, brestois et co-leader du label Steelwork-Maschine, ce disque se distingue des autres productions indus « made-in-France » par sa qualité et son inventivité. Personnellement, je trouve que beaucoup de ce qui sort de ce courant musical (très actif néanmoins) est souvent très brouillon, voire très bourin (Propergol, …). Là, on se situe dans un disque concept, dédié à la ville de Brest qui fut bombardée lors de la deuxième guerre mondiale,  « Tourmente est dédié à la ville de Brest ; à tous ceux qui y ont perdu la vie ; et ceux qui y survivent. » La musique est en parfaite adéquation avec cette thématique avec des passages plutôt calmes mais tourmentés, suivis par des plages plus musclées et martiales (annonçant les bombardements?). Lors de ces derniers morceaux, on sent la « patte » Westwind avec des sons électro couplés avec rythmes martiaux assez « légers ». Une vraie réussite. Il faut noter qu’en fait le concept Tourmente est divisé en deux parties, la première sur vinyl (que je n’ai pas écoutée) et le seconde sur CD (d’où le II). Il est possible d’écouter des extraits de l’album et d’autres morceaux de Westwind sur son site :   http://kerozene.phpnet.org/westwind/mp3s/index.htm .


Transit Mag

Christophe Galès est l’homme derrière ce projet post-industriel, comme il se plaît à le nommer, depuis 1998. ‘Tourmente II’ vient compléter ‘Tourmente’ (double LP). Ces deux produits sont chacun limités à cinq cents exemplaires et rendent hommage aux disparus (quelle que soit leur nationalité) de Brest pendant l’été 1944 alors que la guerre faisait rage. Et ‘Tourmente II’ ne trompe personne, il est sincère, écorché, agité au niveau des sentiments mais calme, répétitif et incisif au niveau de la musique. Très hypnotique, voire ‘autistiquement’ stéréotypé, Westwind rappelle des souvenirs dérangeants et des images assassines. Composé spécialement à la mémoire des morts de Brest, mais aussi à celle des survivants, ‘Tourmente II’ dégage d’autant plus une atmosphère admirable. Les plages musicales ne comportent pas de titre ; ultime respect à toutes ces personnes décédées trop nombreuses pour être citées ? Quoi qu’il en soit, Westwind a mis tout ce qu’il avait dans cet album qui porte merveilleusement bien son nom.


Violent Solution

Difficile de modéliser par des mots les sentiments éprouvés à l’écoute de ce disque… Dédié à Brest et aux périodes troubles que la ville a connues durant la seconde guerre mondiale, ne vous attendez néanmoins pas à des rugissements de mitrailleuse, des bombardements ou des cris. Ici on navigue entre ambient funèbre et electro douce avec des percussions modérées et dont les consonnances nous ramènent des décennies en arrière. Les morceaux oscillent entre 4 et 8 minutes, et l’ensemble de l’oeuvre dure 72 minutes. Inutile de vous dire qu’il vous faudra du temps pour saisir l’ensemble du travail fourni. Les claviers sont très présents, que ce soit en nappes (globalement légères, pas du tout grondantes à la Lustmord), en instruments divers (violon, piano etc…), en choeurs ou en mélodies électroniques. Comme je le disais précédemment, la musique de Westwind vous amène ailleurs, dans un monde auquel il est difficile d’apposer une année. S’il souffle un vent d’espoir sur ce monde, on ressent tout de même que le passé est lourd de tristesse et de souffrance, et c’est en celà je trouve que la musique est parfaitement adaptée à l’hommage qu’elle cherche à rendre. Les rythmes varient eux aussi, et ne se cantonnent pas au pas d’une marche funèbre, j’en veux pour preuve les percussions plus « enjouées » du 6è titre (les pistes sont sans nom), ou les rythmiques douces du 12è titre, accompagné de sa mélodie enfantine magnifique. À noter que le packaging, bien que dans un boîtier cristal, est tout de même composé d’un livret avec quelques photos d’époque, et que l’autre partie de cet hommage est présente sur le vinyl « Tourmente I ». Un long requiem beau à pleurer, que je ne saurais trop vous conseiller.

Le Vent Divin

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Le Vent Divin)

BROKEN DOLLS

« Le Vent Divin » est la traduction de Kamikaze, qui fait référence au typhon ayant emporté la flotte mongole lors de l’invasion du Japon au XIIIè siècle. Si l’on sait aujourd’hui que l’échec de cette invasion fut surtout due à l’état déplorable de leurs navires, la légende faisant du Japon une île imprenable poussa le haut commandement militaire japonais lors de la guerre du Pacifique à envoyer des centaines de pilotes vers une mort certaine, refusant de déposer les armes face aux américains, la mort étant moins grave que l’échec selon le code du samouraï.

À travers cet album, Westwind rend hommage à ces hommes manipulés, obnubilés par le culte de l’empereur, désireux d’accomplir un acte héroïque, alors qu’en réalité ils avaient plus de chance de se faire décimer par la DCA américaine que d’infliger des dégats à un navire. Le style de Westwind est facilement reconnaissable : des mélodies simples mais touchantes, des claviers old school, des percussions métalliques, un rythme martial et quelques samples adéquats.
Ceux qui connaissent déjà « Tourmente I et II » ne seront donc pas dépaysés, si ce n’est par l’aspect oriental rendu de manière subtile, et parfaitement fondu au milieu de ces percussions sèches et autres sonorités industrielles. Extrêmement dépaysant, créant une atmosphère décalée et pourtant parfaitement en accord avec le concept abordé, « Le Vent Divin », par ses aspects simples et ses mélodies profondes, est aussi relativement facile d’accès, l’hommage se voulant bien plus triste que torturé.
De plus, impossible de vraiment dégager un morceau de l’album : la qualité est constante, l’envoûtement ne faiblit pas, même si certains titres sortant de l’ordinaire sont à signaler. « Jinrai » et son enchevêtrement de percussions, l’introduction, mystérieuse et mélancolique, ou « Le Vent Divin », le morceau le plus dépressif.

Il est donc regrettable que cet album vinyl n’ait été tiré qu’à 400 exemplaires (33 de plus dans un coffret avec remixes) tant il mérite d’être ouvert à un plus large public. Tout aussi émouvant que « Tourmente », « Le Vent Divin » a aussi le mérite d’aborder un sujet honteusement négligé par l’histoire européenne. Si j’ajoute qu’il est encore trouvable pour seulement 9$ chez Malignant , vous auriez vraiment tort de passer à côté de cette perle.


LICHTTAUFE

Westwind : Le Vent Divin (12″) [Neuropa Records]Das aus Frankreich stammende Projekt Westwind gibt seinen Einstand auf dem Belgischen Neuropa Records – Label mit einer 7 Stücke umfassenden Hommage an die japanische Luftflotte. Wie schon bei der kürzlich erschienenen 12“ von „Der Feuerkreiner“ fällt die Gestaltung der Platte positiv auf; es wurde nur hochwertiges Material verwendet, das Freunde japanischer Kriegsromantik in Ekstase versetzen wird. Die Platte liegt vor in der normalen (schwarzen) Version limitiert auf 300 Stück, sowie in der Spezialfassung in rotem Vinyl limitiert auf 88 Stück. Die Musik zeichnet sich hauptsächlich durch evokative Klangteppiche aus; nach Gesang oder Sprachsamples sucht man vergebens (wobei das sicherlich dem Gesamteindruck gut tun würde). Gemeinsam mit der Gestaltung, den auf dem Einleger verzeichneten Zitaten Japanischer Patrioten und der Kriegsgeräusche entsteht vor dem geistigen Auge des Hörers jedoch auch ohne Gesang ein klares Bild von dem, was der Erschaffer der Musik zeigen wollte. Ein Werk von Ambient/Martial/Neoklssik für alle, die mit dem Namen „Mishima“ mehr verbinden als « hat Douglas P. mal in einem Interview was von erzählt… ». Anspieltipps sind „Banzai!“ und „Patriotisme“. Ein „Folk“ – Anteil ist hier so gut wie nicht vorhanden, Fans von Les Joyaux De La Princesse, The Protagonist oder auch Ve Europa sollten hier aber zugreifen. (Marcel P.)


ABOVE THE RUINS

westwind from france has already released some material on CDR,CD and did a LP for the « Security of Ignorrance » Box last year. most of his releases where on his own « black sun rising » label which now is disbanned and turned into « steelwork maschine ». the CDR which I hold here is a Master for the Forthcomming LP on the Belgian Neuropa label who also did Materialschlacht and Toroidh. the music is going from heavy dark industrial to very atmospheric ambient in the style of First Law. the theme of the album seems to be the Japanese harikiri cult from the 1940ties…I could be wrong…a nice new release


FUNPROX

The French act Westwind is active for quite some time, with various cdr releases and a contribution to the Thaglasz ‘Security of Ignorance’ boxset.. Now there is a limited vinyl release on the young Belgian Neuropa label. It contains quite harsh industrial music, with a martial atmosphere.

Thematically this release is based on the Japanese kamikaze attacks of WWII. This also shows in the video included on the promo cdr which I received. The music on ‘Le vent divin’ is quite varied. Really excellent is the ‘Introduction’, with starts as a restrained asoundscape, but which gets more industrial and martial towards the end. It makes me think of some releases on the Loki label.

Fans of harsh industrial factory sounds also won’t be disappointed by this release. Some of the tracks like ‘Banzai’ are really loud, with ominous sirens, heavy distorted drones and fierce drumming. ‘Assaut’ is impressive, with a very threatening orchestral sound, which should appeal to fans of Toroidh or Turbund Sturmwerk. The ‘Requiem’ at the end manages to create a solemn mood.

On the promo cdr are, besides the 8 tracks of the lp, also 4 remixes present by various acts. Of these I especially appreciate the contribution by Fin de Siècle, which creates some space and mleody in the rather dense sound of Westwind. The French vocals are also a welcome variation. The loud remix by Barbarossa Umtrank and the rhythmic bombardment of Neon Rain are harder to endure. The rhythmic industrial by A Challenge of Honour (feat. Katana) works quite well.

Kris, the Frenchman behind Westwind, is quite a productive person, since he’s also involved in two other projects, Destruction Flowers (noise) and Nouveaux Axes (teknopop), his own label Steelwork Maschine and a radioshow in his hometown Brest. With ‘Le vent divin’ he has certainly delivered an interesting release, which may sound too harsh and raw for some ears, but will be liked by many people who are into dark industrial and martial sounds.


GUTS OF DARKNESS

Habitué aux éditions plus confidentielles via quelques cd-rs aujourd’hui très rares, le projet breton Westwind sort un véritable album avec un concept fort et intéressant. Un hommage aux kamikazes japonais, ou plutôt sur l’abnégation dont ceux-ci firent preuvent lors de la seconde guerre mondiale. Certes, cette abnégation fut sans nul doute conditionnée de manière insidieuse, mais il n’en reste pas moins que l’on ne peut qu’être fasciné par ce sacrifice ultime. Après une introduction portée par une mélodie et des percussions martiales, Westwind durcit le ton avec un ‘Banzai’ très old school et tribal, percus et sons metalliques et distordus. Après cette alerte d’une attaque imminente, c’est l’ ‘Assaut’ qu’il faut préparer : reprenant des éléments de l’introduction, Westwind nous met à la place de ces hommes qui s’apprêtent pour leur dernier voyage. Les percus égrenent le compte à rebours qui les séparent de l’impact final, tandis que les nappes d’orgues emplissent de solennité l’air ambiant. ‘Jinrai’ (le vent divin en japonais) et ‘Patriotisme’ continuent dans cette veine ambient et industrielle, créant une atmosphère irréelle dans laquelle on peut imaginer que les kamikazes baignaient. ‘Le vent divin’ est celui qui souffle avant la collision, en cet instant précieux où la vie est en suspend avant le départ vers des contrées plus douces et oniriques. Le superbe ‘Requiem’ clôt cet hommage dans le recueillement : nappes ambient, percus tribales et martiales en un mouvement intense et perpétuel. Magnifique illustration sonore d’un rêve eveillé ou d’une réalité sublimée, ‘Le vent divin’ souffle un air vivifiant rempli d’honneur, de tristesse et de gloire céleste. L’édition limitée propose un cd-r avec inédits et quelques remixes, dont l’excellent ‘Honneur ?’ par Fin De Siècle avec Serge de Neon Rain/Storm Of Capricorn au chant. Plus que recommandé !


AXESS CODE

Je ne me serais jamais attendu à ce que mon coup de cour de l’année 2004 vienne du jeune label français STEELWORK MASCHINE (NEON RAIN, STORM OF CAPRICORN), bien que je ne déteste pas le côté austère des productions indus et dark ambiantes à tendance folkisante, loin de la même, j’avoue être entièrement tombé sous le charme de cet album de WESTWIND.
Le VENT DIVIN atteint une puissance et développe des sensations que j’avais totalement oublié depuis l’avènement de l’électronique dans le milieu dark.
Je me surprends à ressentir le même plaisir et l’extase adolescente expérimentés aux écoutes des vieux FIELDS OF THE NEPHILIM ou DEAD CAN DANCE atmosphérique, la charge emotionelle en est très proche, à part le fait que c’est tout à fait dans un autre style de musique. Le mélange des influences qu’elles soient industrielles, électroniques ou acoustiques forment un tout complètement harmonieux et homogène. Les pièces d’un puzzle se sont assemblées pour donner naissance à un style tout à fait nouveau pour moi, une hybridation d’ambiante et de musique traditionnelle japonaise martiale très visuelle.
Une sorte de diaporama déliquescent où souffle fort le vent divin, les visuels de leur côté, tout aussi remarquable n’atténuent pas l’imagerie obscure qu’évoque LE VENT DIVIN et prolongent l’imagerie cinématographique.
Sur l’édition limitée figurent des remix tous aussi bons les uns que les autres de UMTRANK, NEON RAIN, FIN DE SIECLE (très GAE BOLGIEN ), et enfin celui très inspiré de A CHALLENGE OF HONOUR, qui m’a surpris par certaines sonorités inhabituelles chez lui aux frontières de la noize avec son side Project KATANA. Nous attendrons avec grande impatience le futur album à venir TOURMENTE
Bon vent


LE FANTASTIQUE

Après quelques CD-R plus ou moins confidentiels, le projet breton Westwind nous revient avec un concept album fort et détonnant tournant autour du kamikaze, ce guerrier japonais prêt à donner sa vie pour la cause patriotique, Le Vent Divin , une perle de dark industrial.
Cet album est synonyme de recherches et de variations.
Le début est véritablement martial et guerrier avec des percussions tout en fureur, une saturation omniprésente et des boucles électro entêtantes. On imagine aisément ces hommes partant au combat, prêt à mourir dans le sang et la tempête, dans une atmosphère comme on ne voudrait jamais en vivre.
De manière remarquable, la musicalité trouve sa place dans ce martèlement métallique, loin de la simple succession de samples et autres bruits non identifiés si fréquents dans ce genre de musique. Des plages telles que « Le Vent Divin » font même la part belle aux nappes atmosphériques et envolées oniriques.
L’album se termine par le bien nommé « Requiem » qui offre à l’auditeur une gamme de percussions se rappelant parfois Rosa Crux.
L’édition limitée de l’album est complété par 4 remixes sans grand intérêt excepté celui réalisé par Fin de Siècle , tout bonnement excellent, avec un chant empli de tristesse absolue (par Serge de Storm of Capricorn ).
Un clip bonus est également présent sur cette galette et reflète bien le concept élaboré tout au long de l’album en montrant des images de ces hommes-fous-japonais.
Un disque frappant, intelligent et tout simplement musicalement excellent ! Dunkelheit – Avril 2005


NEO FORM

Das aus Frankreich stammende Projekt Westwind gibt seinen Einstand auf dem Belgischen Neuropa Records – Label mit einer 7 Stücke umfassenden Hommage an die japanische Luftflotte. Wie schon bei der kürzlich erschienenen 12″ von « Der Feuerkreiner » fällt die Gestaltung der Platte positiv auf; es wurde nur hochwertiges Material verwendet, das Freunde japanischer Kriegsromantik in Ekstase versetzen wird. Die Platte liegt vor in der normalen (schwarzen) Version limitiert auf 300 Stück, sowie in der Spezialfassung in rotem Vinyl limitiert auf 88 Stück. Die Musik zeichnet sich hauptsächlich durch evokative Klangteppiche aus; nach Gesang oder Sprachsamples sucht man vergebens (wobei das sicherlich dem Gesamteindruck gut tun würde). Gemeinsam mit der Gestaltung, den auf dem Einleger verzeichneten Zitaten Japanischer Patrioten und der Kriegsgeräusche entsteht vor dem geistigen Auge des Hörers jedoch auch ohne Gesang ein klares Bild von dem, was der Erschaffer der Musik zeigen wollte. Ein Werk von Ambient/Martial/Neoklssik für alle, die mit dem Namen « Mishima » mehr verbinden als « hat Douglas P. mal in einem Interview was von erzählt… ». Anspieltipps sind « Banzai! » und « Patriotisme ». Ein « Folk » – Anteil ist hier so gut wie nicht vorhanden, Fans von Les Joyaux De La Princesse, The Protagonist oder auch Ve Europa sollten hier aber zugreifen.

The Bunker

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur The Bunker)

DECIBELS STORM
Dans un lieu glauque et loin de tout mouvement de foule (votre chambre, une vieille cave humide et suintante, ou une clairière à l’heure du crime, par exemple), allumez quelques bougies, buvez deux gorgées d’absinthe, mettez en route  » The Bunker  » sur votre lecteur de cd portable, et entamez une superbe séance de récits d’histoires fantastiques, ou de jeu de piste nocturne entre amis. A l’écoute de Westwind, vos capacités d’imagination et de dépression s’accroîtront comme par magie noire. Fruit du génie malsain de ce nouveau groupe breton,  » The Bunker  » se décline en des titres très différents les uns des autres (l’album nous offre 16 plages de sueurs froides), sur lesquels on retrouve des samples des non moindres Kapol, NON, Front 242, ainsi qu’Edith Piaf et Dean Martin ! Nous sommes ici en face d’une œuvre totalement surréaliste, aboutissement d’une recherche musicale torturée mais savamment construite. Le genre de Westwind est peu évident à classer, mais oscille entre l’indus-ambiant et l’ark. En tant que fan de ces deux genres, j’ai pu personnellement retrouver une profonde mélancolie aux profonds ancrages glacials et malsains qui me sont chers en la matière. Certains titres comme  » Steelnight Matières & Mémoires PanzerMix  » (# 15) reprennent les ingrédients de la recette de la Douleur propre aux vieux groupes electro allemands tels que Günterdammerung. Pour les plus éclectiques d’entre vous, vous découvrirez la surprenante reprise de  » Han Som Reiste  » de Burzum. Notre Père qui êtes aux Cieux, restez-y, et offrez nous l’extase du Vent D’Ouest…

COMPULSION
Westwind have previously issued a number of short-run CD-Rs and contributed to compilations on the Cynfeirdd and Thaglasz labels. The Bunker is their fifth CD, and their first professional CD release. « Our golden heroes crawling in sweat will die again and will be born again ».
It displays an obvious affinity for military and martial themes but the music differs somewhat to others in this field. Westwind’s music is rather keyboard heavy, featuring a broad range of samples – everything from Edith Piaf to US war movies and Dean Martin – woven into the electronic sound pieces. ‘All Shared Once’ even features a free-playing saxophone. Westwind combine many unusual, or at least unexpected sound samples within their overall sound. There are even some spoken words from Death In June, a track penned by the villainous Varg Vikernes and one track is based on the sped up rhythm of Boyd Rice’s ‘Total War’. That’s not to say Westwind don’t have enough original material to satisfy listeners.
Original copies of The Bunker were included in the Thaglasz Security of Ignorance boxset, and that might explain why beyond track 10 it loses it s impact somewhat as it features remixes and more rhythmic tracks. Fans of Blood Axis, Der Blutharsch and other martial outfits will find this of interest. For more information and sound samples go to www.blacksunrising.fr.st

VIOLENT SOLUTIONS
La chaleur vous assaille immédiatement, une chaleur humide et suffocante qui vous oppresse. L’envie de remonter vous vient aussitôt à l’esprit mais la lourde porte métallique s’est déja refermée sur vous. La faible lueur du jour qui vous avait accompagné jusque là a rebroussé chemin et vous ne devez plus votre vision qu’aux illusoires ampoules disséminées ça et là dans ce qui semble être un couloir. Le lieu est étroit, vous pouvez à peine vous y tenir debout et la largeur est elle aussi juste suffisante pour un homme à la carrure normale. Vous prenez tout à coup conscience de votre présence en ces lieux. Que faites vous là ? Comment y êtes vous arrivé ? Et surtout depuis quand êtes vous dans ce couloir… Toute notion de temps vous semble étrangère… Une réponse de quelques secondes vous conviendrait autant qu’une de plusieurs heures. Vous n’avez en aucun cas ne serait-ce qu’une ébauche de réponse à toutes ces questions, vous les chassez donc de votre esprit afin de dissiper quelque peu votre angoisse. Le long et étroit couloir se perd dans l’oscurité, les murs sont constitués d’une matière brute et rugueuse qui semble être du béton. Il en suite par un endroit une eau tiède qui s’accumule en petites flaques dans les infractuosités du sol irrégulier. Des gouttes, venant de votre main toujours collée au mur vous ruissellent le long du coude. Tel secoué par un électrochoc vous la retirez promptment essayant d’éviter tout contact avec les parois mais les lois de la gravitation sont telles qu’au moins un contact reste nécéssaire. pourquoi vos pieds sont ils nus ? Pourquoi sont ils directement au contact de ce sol tiède et humide où semble grouiller d’improbables insectes ? Ce n’est qu’une illusion, il n’y a pas d’insectes et peut-être n’y a t’il non plus pas d’eau… Que faire ? Avancer bien sûr, c’est ce que vous hurlent vos jambes depuis… depuis… toujours ? Avez vous jamais su marcher ? Il semble que oui. Au fur et à mesure de votre progression vous sentez une vibration monter du sol jusqu’à vos genoux. vous apercevez enfin le bout du tunnel, il débouche sur une grande pièce au centre de laquelle, un homme sans âge vous regarde en arborant un timide sourire. « Vous êtes l’un des 499 élus… bienvenue dans LE BUNKER… ».
Quelques infos quand même… WESTWIND c’est du dark ambiant industrial oppressant. Plus d’infos sur http://www.chez.com/blacksunrising ou http://www.multimania.com/nihilvoces

WORLOCK
4ème véritable album pour Westwind one man band originaire de Bretagne. Westwind nous invite donc à remonter le temps, retour sur nos plages, retour dans les années 40 et pénétront avec lui dans ce Bunker dont on nous parle temps. Et dès la première note, les connaisseurs se rendront à l’évidence, la période electro martial de Harvest of steel, ou Everyone can be a dictator est bien loin à présent, Westwind a muté, s’est fait beaucoup plus subtil dans ses atmosphères, plus pesant, à chaque titre on sent la promiscuité forcée de l’endroit, la tension face aux assaults de l’ennemi. Et c’est donc une avalanche de « hits », si je puis me permettre, qui ne va cesser qu’à la dernière seconde du dernier titre. S’il y a bien une chose que Westwind a travaillé c’est son sens de la mélodie, celle qui vous pénètre dès les premières notes pour ne plus vous lâcher, et c’est dès le deuxième titre que la magie opère, « All shared once » est une ode parfaite, mélancolique, sombre et irrévoquablement pessimiste. « Traitor my love », « in the Bunker », le splendide « Steelnights », puis un léger entracte nous permettant d’appréhender la suite, et sous les assault d’un « Blood Sun & Steel », le périple continue, on sent la fin proche, le bunker cède, l’outro arrive, on se sent enfin libre.
Ce n’est qu’une illusion, la surprenante reprise de Burzum « Han som reiste » est ici pour nous achever. Et pour conclure définitivement cela, 2 remixes nous sont proposés, un de Matières et Mémoires et un autre de Neon Rain. The Bunker est bel et bien l’album le plus abouti et le mieux maîtrisé de Westwind, proposant un Indus Martial, avec ce qu’il faut d’electro et de samples bien sentis, pour ne pas reproduire les mêmes schémas proposés par quelques combos français ou autrichiens plus connus. Westwind puise intelligemment dans toute la scène indus sans pour autant plagier, un savant mélange donc, un savant mélange de références hautement recommandables allant de Laibach à Kirlian Camera, de Der Blutharsch à NON, de Death in June à Kraftwerk.
Un des meilleurs albums industriel tout simplement.

L’INSTRUMENT 1 – Westwind – The bunker CD
This is the CD rerelease of the LP version, plus a bunch of bonus tracks. All the album is about the ambiance in a bunker, from blood-thirsted soldiers awaiting to « set them guilty again », to the feast during an alert. Lovely.
If the idea remains the same from the beginning till the end, the music changes a lot. The first tracks ar rather ambiant based on collages of old samples, a kind of long intro to set a world of larved war and claustrophobic fantasy. Then comes Traitor My Love which is certainly the most astonishing track of the whole CD, and the one with 90% of the lyrics. It is a ritual passage quite unusual compared with the styles of previous releases. The other tracks are more conventionnal industrial tracks, varying a lot between dark ambiant and Wumpscut influences with a little something almost dancefloor.
The bonuses consist in an useless Burzum cover, and two remixes a little more interesting. Finally, this is a good release even if it won’t revolutionate the genre ; it deserves all our support anyway as Westin is one of the few decently convincing project for this kind of industrial music we heard recently!

CYNFEIRDD 17 – Westwind – The bunker
Cinquième album du bastion breton, moultes invités s’y cotoient même sans le savoir, pour une symphonie guerrière et exaltée, peuplée de fantomes et de symboles plus ou moins déchus. Avec les participations de Matieres & Mémoire et de Neon Rain… pour danser jusqu’au bout de la nuit & brouillard…

Be Happy To Be Alive

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Be Happy To Be Alive)

CYNFEIRDD 16 – Westwind/Destruction Flowers – Be happy to be alive CDR
Collaboration entre le prolixe breton et le nouveau venu de DF,c et album est plus mélodique que les précédentes oeuvres du vent de l’ouest, même si les morceaux restent puissants et rythmés, des instruments commela cithare rompent avec les habitudes et ce n’est pas pour déplaire au milieu des banalisés samples de voix germaniques autoritaires.

Der Angriff

Posted by Westwind under Reviews (Commentaires fermés sur Der Angriff)

ELEGY N°9
Martial et rampant, ambient et sournois, Westwind saisit aux tripes et ne les lâche plus. Menant une véritable politique d’autoédition qui n’a que faire des labels, il revient avec un troisième CDR Der Angriff, aussi pesant que ses prédécesseurs, si l’on excepte la reprise funèbre du Macho Man de Village People. Glaçant.

CYNFEIRDD 14 – Der Angriff CDR
Troisième album du prolifique breton, il est de bien loin plus abouti que ses prédecesseurs. 10 titres d’un subtil mélange d’ambiant militariste et de samples symphoniques, la voix est vraimnt affirmée et s’impose comme essentielle, chose bien rare dans ce style musical. Trois reprises des plus surprenantes, Run like hell et Waiting for the worms de Pink Floyd, et Macho Man de Village People, qui bien que toujours un véritabl etube n’est pas vraiment dans la lignée de l’originale, mais infiniment mieux et introspectif. A noter une plage bonus pour PC avec des souvenirs de notre jeunesse et une visite du site du label. Si vous apercevez encore cette production limitée à 111 copies ne la laissez pas filer, même si le design en est peu séduisant.